Les Utilisateurs en parlent :

« A chaque culture son semoir ! » de M. Vincent GUYOT, agriculteur à Boukincamp dans l'AISNE

Exceptionnellement cette année, la féverole a pris une place très importante dans l’assolement : plus de 30 ha sur une SAU de 130 ha. Pour cette culture, le plus délicat est l’implantation : de très grosses graines (PMG parfois > 600 gr), à semer le plus tôt possible en sortie d’hiver pour que la culture soit suffisamment avancée avant les stress hydrique et thermique de Juin – Juillet. Pour éviter tout risque de gel et améliorer la sélectivité du désherbage de post-semis, les graines doivent être placées à plus de 5 cm de profondeur.
Fort de ces objectifs, j’ai pris conscience qu’avec le carrier drill trainé le semis d’une surface importante des féveroles (en plus d’une vingtaine hectares d’orge de printemps initialement prévus) serait bien délicat. Il fallait étudier une solution alternative.
J’ai donc contacté Edouard avec lequel nous avons conçu un semoir spécifique avec une trémie frontale Roger, une distribution Accord et une tête de distribution à positionner sur le déchaum’agro :   ( pour voir la suite, cliquez sur la photo )

 


Expérience de M. Vincent GUYOT, agriculteur à Boukincamp dans l'AISNE

Suite au remembrement sur Fresnoy le grand, il m'a fallu semer du blé après maïs grain (3 ha 30). Pas facile car c'est un limon battant et il était difficile de reprendre les traces du tracteur, on verra bien. J'ai passé deux coups de canadien avant, puis en route le Rapid.

C'était le 5 novembre et c'était mes derniers hectares semés avec le Rapid avant l'arrivée du nouveau semoir(/Déchaumeur) carrier drill trainé .

Plus polyvalent, ce nouvel outil me permettra de déchaumer, d'apporter ma fumure de fond lors du 1er déchaumage, de faire le 1er apport d'azote sur orge de printemps lors de la préparation du sol (par exemple), de semer mes engrais verts (CIPAN), de semer mes cultures, de détruire mes Cipan sur sol gelé.
En plus, le timon est escamotable, ce qui permet de passer d'un outil trainé à un outil porté en situations collantes. A suivre lors des semis de cultures de printemps (Féverole et orge).

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Parce que le nouveau semoir nécessite un sol parfaitement nivellé et que le Durou (mon décompacteur à 6 lames sur bâti en V) n'avait pas de système de rappui, j'ai essayé un nouvel outil le 7 novembre .

Le Multipat est équipé de 12 lames DUROU de 600 sur 3 mètres (Soit un espacement entre dents de 25 cm). Ce faible espacement permet des profondeurs de travail comprises entre 5 et 30-35 cm : cet outil doit donc permettre de déchaumer (travail à 5 cm - avec possibilité de mettre un ailette par dent), de faire de la terre pour les semis de blé (travail à 10-15 cm) et de décompacter pour les betteraves en particulier (travail à 25 cm). C'est (comme pour le nouveau semoir) un outil polyvalent. Avec un espacement entre dents de 25cm, il n'y a plus de V non ameubli entre les dents, donc pour ameublir à 25 cm il faut travailler à 25 cm.

Avec son équipement arrière (un rouleau graufré - pour briser les mottes et niveller - plus un rouleau hélicoidal - pour contrôler la profondeur - plus un rangée de peignes - pour la finition), le travail est parfaitement nivellé.

J'ai préparé ma parcelle prévue en féverole en travaillant à 25 cm avec le Multipat.
A 8 km/h, j'ai eu un débit de chantier de 2 ha/heure. La structure est comme labourée, mais il n'y a pas eu de retournement de la terre (d'où l'obligation de faire un roundup avant l'hiver) et la surface est parfaitement nivellée. Les conditions semblent bonnes pour le semis de printemps. Il faudra aller faire un petit profil.

Suite à cette démonstration, le Multipat est resté à Boukincamp et prend la place du Durou et du Quivogne (vendu à un voisin). Objectif polyvalence et le moins d'outils dans la cour.